Vouloues par la violoniste Agnès Pyka, des pièces qui dialoguent sur les cimes avec l’œuvre de Brahms

09 Février 2021 | Télérama

Brahms Aujourd’hui

f f f 

Par : Sophie Bourdais

Pilier du romantisme allemand, Johannes Brahms peut-il encore inspirer les compositeurs d’aujourd’hui? La violoniste Agnès Pyka, directrice artistique de l’éclectique ensemble Des Équilibres, devait pressentir la réponse, plus que positive, quand elle a commandé aux Français Philippe Hersant (né en 1948), Nicolas Bacri (né en 1961) et Graciane Finzi (né en 1945) des pièces faisant écho aux Sonates pour violon et piano op 78, 100, 108. Joué par elle-même et le pianiste Laurent Wagschal, le Regenlied (« chant de la pluie ») fait écho à un thème utilisé par Brahms. Avec le soutien du piano, l’œuvre emporte le violon à des hauteurs vertigineuses, l’incitant parfois à se dédoubler, comme pour observer son propre reflet. Avec In Anlehnung an Brahms (« dans l’esprit de Brahms), aux atmosphères changeantes, Nicolas Bacri fait dialoguer les instruments sans subordonner l’un à l’autre. Et Graciane Finzi esquisse, dans Winternacht (« nuit d’hiver »), une épopée miniature plein d’images – tel ce paysage de neige, doux et feutré, qui semble surgir du troisième mouvement « cantabile ».