BEETHOVEN AU NATUREL

6 FÉVRIER 2020 | CENTRE AUGUSTE-DOBEL / PARIS

Trois sonates inspirées par la Nature :

Le surnom « le printemps » définit le climat et l’esthétique de la sonate numéro 5 de Beethoven.

Brahms écrit son triptyque de sonates au bord du lac de thun et prend cet environnement comme muse.
Finzi s’inspire de cette troisième sonate de Brahms d’où elle vient dérober quelques notes au compositeur.

Beethoven, Sonate n°5 Opus 24 pour violon et piano, « Le printemps »
Finzi, Winternacht pour violon et piano
Brahms, Sonate n°3 Opus 108 pour violon et piano

Agnès Pyka (violon), Laurent Wagschal (piano) & au présence de la compositrice Graciane Finzi