CORDE-SENSIBLE-FRANCAISE

La corde sensible française

1ER DÉCEMBRE - 20H | Ragusa (Sicile)

Programme :

  • Maurice Ravel, Sonate pour violon et piano, op. Posthume
  • Francis Poulenc, Sonate pour violon et piano
  • Maurice Ravel, Sonate pour violon et piano n° 2
  • Claude Debussy, Sonate pour violon et piano

Avec : Agnès Pyka (violon) / Laurent Wagschal (piano)

Véritable testament de son auteur, la Sonate pour violon et piano de Debussy (1917) est un miracle grâce à l’équilibre trouvé entre légèreté et profondeur, ironie et désespoir, construction et liberté. Fier d’être l’héritier de Couperin et Rameau, Debussy s’y inscrit volontiers dans la tradition française à laquelle cette oeuvre dit adieu d’une manière nostalgique. Pas moins français, mais aussi plus cosmopolite, le violon de Ravel prend des accents jazzy dans la Sonate n° 2 (1927), d’une modernité absolue tout en restant d’une facilité d’accès déconcertante, à mille lieux de la juvénile Sonate posthume (1897), oeuvre de fin d’études encore sous l’influence romantique. Archi-français lui aussi mais d’un autre tempérament que celui de ses deux aînés, Francis Poulenc rend hommage au poète espagnol Federico García Lorca dans sa Sonate pour violon (1942) où il s’écarte sciemment de la tradition romantique dans le genre. Créée par l’immense virtuose Ginette Neveu et le compositeur au piano, l’oeuvre prend parfois des grinçants accents tragiques surtout dans son mouvement central, d’une poignante intensité.